....Monnaie..Currency....
Mon compte..My Account

Lampe‑Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)

Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)
Lampe&#x2011Sculpture postmoderne, France (vers 1985)..Sculptural postmodern lamp, France (Circa 1985)

€ 850.00

....Livraison gratuite par la poste en France métropolitaine pour toute commande inférieure à 10kg. ..Free shipping by mail in Metropolitan France for order weight less than 10kg. ....

....L'achat de cette œuvre ne peut être finalisé directement en ligne.
Contactez-nous pour organiser la livraison. ..The purchase of this item cannot be completed online.
Contact us to organize the conditions of delivery. ....

Contact

....

Travail français postmoderniste

Entourage de Memphis
Lampe-sculpture
 de forme ovoïde tronquée à parties ajourées découpées en circonvolutions biomorphiques
Terre chamottée partiellement émaillée en aplats dans une gamme pastel de jaune, vert d'eau et terre de sienne
Pas de signature visible - non identifié

France

vers 1985

Dimensions
H 46 x Ø 30 cm

Condition
Excellent état – un manque d'émail sur un aplat coloré (voir photos) - électrification autonome fonctionnelle

..

French postmodernist work

Lamp-sculpture of truncated ovoid shape with openwork parts cut into biomorphic lines
Partially glazed chamotte clay in flat areas in a pastel range of yellow, sea green and sienna
No visible mark - not identified

France

vers 1985

Dimensions
H 46 x Ø 30 cm

Condition
Excellent condition - a lack of color on one colored part (see pictures) - functional autonomous electrification

....

"Avec Memphis nous trouvé un mode d'organisation et de production qui nous a permis de briser le rapport normal entre design et industrie et de mettre l'industrie au service des designers, au lieu d'être nous-mêmes au service de l'industrie." Andrea Branzi

Comme (trop) souvent dans cette discipline étrange que l'on nomme Histoire de l'art, le cas du postmodernisme -incarné ici par le modèle du groupe Memphis- nous donne l'occasion de mettre à l'épreuve le déni et l'oubli.
Discipline récente et assez mal fondée, l'Histoire de l'art s'échine presque toujours à vider de sa substance politique, sociale et affective tout phénomènes vivants pour les réduire à l'historique et à une logique de  surface.
Le cas du postmodernisme incarne pourtant une hypothèse de détachement contre ce qui mine cette histoire de l'art-là (ouf! il en existe d'autres) : pour rompre avec l'historicité, rompre avec le mythe du progrès, avec la sotte linéarité comme temporalité, pour saisir que s'interroger c'est enquêter. « L’enquête est [...] une pratique de transmission dont la vérité se trouve dans les effets et non pas dans des causes à dévoiler. [...] Il ne s’agit pas de représenter une situation, ni un état du monde, mais de porter notre attention aux conséquences que produit l’intervention de l’enquête. Qu’est-ce qu’une enquête sinon une rencontre ? ». (Josep Raffanell y Ortega in Fragmenter le monde)

Interroger le postmodernisme artistique à son bon endroit, c'est peut-être quitter la forclusion de la doxa en la matière qui dissèque les tenants du fun, du look, et une prétendue influence sur le marketing, la communication et la publicité. Notons bien qu'on influence jamais la publicité... elle vous pille car c'est sa seule éthique: rapporter à elle en la salissant toute forme libre pour l'enfermer dans un mésusage a minima vulgaire et souvent d'une mauvaise foi atterrante.
Le groupe Memphis fut donc fondé à Milan par Ettore Sottsass en décembre 1980, et ses membres résolurent de se réunir régulièrement à l'avenir: ils sont Michele De Lucchi, Matteo Thun, Marco Zanini, Aldo Cibic, Andrea Branzi, Shiro Kuramata, Michael Graves, Javier Mariscal, Barbara Radice, Martine Bedin, George J. Sowden, Masanori Umeda et Nathalie du Pasquier.
Nommé d’après la chanson de Bob Dylan Stuck Inside of Mobile With The Memphis Blues Again de l'album Blonde on Blonde, le nom convoque sans filtre, non seulement le rock, mais aussi la capitale de l'ancienne civilisation égyptienne. L’humour sert de base, lui qui fait pourtant alors tant défaut dans le monde du décor. Memphis cherche à déstabiliser d'emblée le design post-Bauhaus et espère porter un coup au style international où il s'était engagé et qui sonnait pour cette jeune équipe comme une impasse lissante et lugubre.
Ils visent à faire renaître une autre voie au modernisme plutôt que d’en faire une relecture.
Une idée précise de ce qu'est Memphis, dans le sens d'un manifeste, n'existe pas. C'est d'abord une communauté ornée de ses variables inassignables.
La poussée et l'accélération de Memphis se veut éminemment anti-idéologique, le groupe cherche des possibles et non des solutions. À ce stade, la question qui se pose n'est pas celle d'une innovation formelle - addition, soustraction, ou un changeant de direction des choses - mais plutôt une subversion radicale de la conception, une action visant à saper les valeurs et les institutions établies.
Le design ne doit plus être une prétendue solution aux impératifs productivistes de renouvellement, mais une hypothèse: une étape, une forme de vie instable qui évoluera dans le temps.
Memphis prône un renouveau du décor, de l'ambiance comme matière de l'existence pensée comme un retour à la spontanéité.
Les objets de Memphis – et particulièrement les pièces dessinées par Sottsass, Sowden, et De Lucchi - sont construits pour imaginer une consistance décorative et labile. Les œuvres des designers de Memphis sont d'abord des assemblages, des agglomérats, des tas de formes qui se chevauchent, se croisent, s'additionnent et se coulent ensemble.
La même aspiration guide les rencontres du groupe, en son sein les décisions, les initiatives et les inventions apparaissent comme provisoires, comme des variantes de hasard, jamais comme des certitudes. Contrairement aux idées reçues, Memphis ne s'intéresse pas tant à hourdir l'utopie mais travaille davantage à l'émergence d'hétérotopies positives: des espaces concrets qui hébergent l'imaginaire, des lieux à l'intérieur d'une société qui obéissent à des règles qui sont autres: des espaces de sensibilité.
Memphis abandonne la mythologie du progrès et celle d'un changement de monde selon des approches rationnelles. Ils rejettent aussi les mouvements mondialistes des années 1960 et 70, et tentent la constitution d'un système de relations expressives et émotionnelles entre l'homme et les objets de son habitat domestique, ralliant ainsi à sa conception l'architecture et la ville.

Le groupe affirme que la conception n'est jamais la «solution» à un problème, car aucun problème n'est jamais un événement immobile et isolé mais une variable, au milieu d'autres problèmes également en mouvement. En cohérence avec cette attitude et avec l'idée qu'il n'y a pas de réalités objectives mais des formes et des perceptions culturelles donnant consistance au monde, les designers de Memphis songent à ne plus construire des objets autour d'une structure mais à les construire "ouverts", afin que cette désintégration formelle ouvre un espace pour pouvoir les lire et les manipuler comme un système de signes.
La conception des objets se veut libre, elle exprime des "états intermédiaires" ou des ensembles de relations au lieu d'exprimer des pensées structurées. Elle se fonde sur la liberté d'expérimenter.
Un objet Memphis peut ainsi se lire et être usité comme un mélange de possibilités, un accident représentant la logique variable et instable des pièces qui le composent : volumes divisés en différents types de surfaces, surfaces fragmentées par la décoration et diversifiées par les textures, les matières et les couleurs...repoussoir au fonctionnalisme totalisant.

En tant que designers les membres du groupe se savent exploités et limités par l'appareil de production. Pourtant, et c'est certainement une idée qui influença Memphis, il pensent que c'est de l'intérieur du système que l'on peut intervenir sur l'élaboration des objets et ainsi influencer la conception de la vie. Le groupe va donc essayer d'établir une relation spéciale avec l'industrie, lui faisant jouer un rôle différent. L'enjeu est aussi fort que la matière de sa possible désillusion.
Devant sa récupération et son assignation par le milieu publicitaire et de la communication, devant sa perte  d'offensivité, et devant les apories rencontrées par les incohérences, le groupe se dissous en 1988.
Reste le postmodernisme artistique.
Memphis devient un style, attribut historique parmi d'autre. Sauf pour ceux qui veulent bien se souvenir de ce qui anima ce pan de l’avant-garde italienne dans le mouvement hétérogène bien plus large qui vit éclore en un troublant maelstrom les actes et pensées de l'Arte Povera, d'Archizoom, de Superstudio autant que la vigueur de l'autonomie italienne.
Leurs agencements restent encore à saisir.




EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Newsletter

....Entrez votre mail et nous vous tiendrons informés des nouvelles et des mises à jour! ..Enter your mail and we'll keep you posted with news and updates!....